#Hashtag – Tu l’utilises mais tu fais n’importe quoi

Le hashtag, popularisé par Twitter et sur Facebook depuis quelques mois, est utilisé par tout le monde et n’importe qui, mais surtout n’importe comment. Dans cet article je vais tenter de vous expliquer, non pas tant ce qu’est le hashtag, mais plutôt ce qu’il n’est pas. Et surtout en quoi il faut que vous arrêtiez immédiatement de l’utiliser ainsi. Et par « immédiatement », je veux dire… im-mé-dia-te-ment ! #rightnow

Alors le hashtag c’est quoi ?

Le hashtag est une composante de deux éléments : un croisillon  » #  » et un mot. Le mot est une thématique qui et il est censé résumer à lui seul le contenu du tweet, du post facebook, ou de la phrase dans une conversation.

hashtagexemple

Ainsi, l’auteur de ce post signifie que toutes ces expériences se sont passées lors d’un voyage en InterRail, un service de train illimité à travers l’Europe.
Et de fait, si ses contacts souhaitent avoir plus d’informations sur cette thématique, en l’occurrence #InterRail, ils n’auront qu’à cliquer sur le hashtag pour avoir accès à tous les statuts publics, postés sur le même réseau social à propos de cette thématique.

Et donc, les contacts auront une liste de posts qui pourront ressembler à ça :

hashtaginterrail

Ici, le hashtag a donc un intérêt pour regrouper des status d’une même thématique venant de personnes qui se ne connaissent pas. Et dans ce cas précis, pourquoi pas leurs permettre d’entrer en relation => networking d’affinité.

Les erreurs communes dans l’utilisation du hashtag

Quand le hashtag est passé de l’usage professionnel à l’usage grand public, on a vu les erreurs se multiplier :

1. L’utilisation devant des mots qui ne sont pas des thématiques

hashtagautomne

On voit que l’auteur du post a mis des hashtags à « automne », « or » et « pluie ». Si on comprend l’intérêt pour le premier (on imagine qu’on peut avoir une thématique « automne » qui peut être intéressante pour accéder à des photos mélancoliques) on a plus de mal à comprendre pourquoi il a hahtagé « or » et « pluie ».

En effet, lorsqu’on clique sur le hashtag « or », on a accès à des posts qui n’ont strictement rien à avoir avec le post du premier auteur.

hashtagor

On voit là un statut en anglais dans lequel « or » signifie « ou bien » => aucun rapport avec le premier post.

2. Le hashtag systématique devant chaque mot de la phrase

hashtagsystematique

A l’image du point précédent, si les mots ne sont pas des thématiques, il n’y a AU-CUN intérêt à les hashtager. Outre le fait que ce soit illisible et ridicule, personne ne va cliquer sur #je pour voir tous les posts en rapport avec ce pronom personnel sujet !

3. L’oubli d’espace entre plusieurs mots de hashtag

hashtagsansespace

Comme on peut le voir sur cette publication, seul le premier hashtag, celui relatif à la série Breaking Bad, est éclairé en bleu. Donc seul lui a la fonctionnalité de lien hypertexte. C’est à dire que les autres « hashtags » supposés ne mènent pas à la liste de tous les posts sur leurs sujets respectifs => On ne peut pas cliquer dessus.

Bonus. Trop de hashtags tuent le hashtag

toomuchhashtags

Enfin, c’est comme pour tout, si vous en mettez trop, même si vous le faîtes bien techniquement, ça perd tout son intérêt et ça devient très vite lourd. Alors oui sur Instagram le hashtag est avant tout un « tag ». Et plus vous en mettez, plus vous avez de chances de voir vos photos apparaître dans les recherches thématiques et ainsi gagner en visibilité et en followers… Vous serez donc un Instagramer ridicule avec quelques followers. Une réussite en somme. #sarcasme

 

Nb : dans cet article j’ai utilisé à deux reprises le hashtag pour autre chose que des thématiques clicables et tout le tralala… L’idée et de rajouter une pointe d’humour à son post en trouvant UN mot qui peut le rendre drôle ou léger.

Alors vous qui lisez cet article, n’hésitez pas à le balancer à vos contacts lorsque vous les prendrez en flagrant délit de n’importe quoi de hashtag.

 

Rudy Turinay @CupcakeRudy

Jimmy Fallon & Justin Timberlake à propos des hashtags dans la vraie vie :

25/09/2013
Par : Rudy
com
Catégories :

Commentaires

commentaires